Témoignages de patients

Lisez et découvrez des témoignages réels de survivants du cancer qui, avec l’aide de leur médecin, ont utilisés le test Oncotype DX® pour améliorer l’efficacité des décisions thérapeutiques.

Laura H.

Breast Cancer Patient 

Lorsque l'on m'a diagnostiqué un cancer en 2015, autant mes proches que moi-même étions terrorisés à l'idée de la chimiothérapie.

Profitant de mon passage à Paris pour rendre visite à mes petits-enfants et choisir ma perruque, mon fils m'a pris rendez-vous avec le chef du service d'oncologie médicale de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Ce dernier m'a fait part de l'existence du test Oncotype DX.

Je ne pensais absolument pas que la chimiothérapie pouvait être inutile dans certains cas de cancer, ce fût donc une énorme surprise – j'ai toujours eu confiance en la médecine et toutes les innovations mais je restais partagée entre espoir et colère en attendant les résultats. Finalement, j'ai eu beaucoup de chance de pouvoir éviter ce traitement lourd que j'avais peur de ne pas supporter. J'ai pu continuer une vie quasiment normale et suivre mon activité professionnelle de façon à ne pas m'isoler malgré la fatigue liée à la radiothérapie et aux traitements médicamenteux.

Venant de province, je trouvais vraiment dommage que les radiologues, oncologues et chirurgiens n'aient pas connaissance de ce test c'est pourquoi à présent j'en parle autour de moi pour que toutes les patientes atteintes d'un cancer du sein puissent en être informées.

Christine S.

Christine S. 

Lorsque que l’on m’a diagnostiqué un cancer du sein de stade précoce, mon chirurgien en cancérologie et gynécologie, m’a appris qu’il existait un test diagnostic qui pouvait fournir plus d’informations sur ma tumeur - l’Oncotype DX.

Pour plusieurs raisons, j’ai finalement choisi de me faire opérer et de faire le test Oncotype DX sur le conseil de mon chirurgien. Cela pour tenter d’éviter si possible, de subir une chimiothérapie qui semblait initialement très probable. Lorsque les résultats sont arrivés (environ 10 jours après l’envoi de la biopsie en Californie), il s’est avéré que je pouvais effectivement éviter la chimiothérapie ! Comme je suis biologiste de formation, j’ai pu longuement parler de ma maladie avec mon chirurgien, et il m’a expliqué tous les risques et les bénéfices de la chimiothérapie. Par la suite, mon chirurgien a aussi échangé avec l’équipe de l’hôpital d’Orléans (en charge de ma radiothérapie). Dans mon cas, tous se sont mis d’accord pour éviter la chimiothérapie et adapter mon traitement seulement à la radiothérapie et l'hormonothérapie.

Le traitement en radiothérapie est fatiguant et j’ai dû réduire mon temps de travail à 60 %. Mais je suis cependant heureuse de pouvoir continuer à travailler car cela m’aide à me sentir mieux. Comme beaucoup de femmes qui ont connu une telle épreuve, la vie change vraiment après ça. J’apprécie tout beaucoup plus qu’avant et je mets tout en œuvre pour guérir. Je suis très heureuse de ne pas avoir eu à subir le poids supplémentaire d’une chimiothérapie qui je crois, m’aurait rendu la vie plus difficile encore. Je suis maman de 5 enfants et j’ai par conséquent de lourdes responsabilités sur les épaules. Je recommande ce test à toutes celles qui sont en mesure d’en profiter!

Avant d’avoir été diagnostiquée pour mon cancer du sein, je n’avais jamais entendu parler du test Oncotype DX. Il est très important que les femmes sachent que ce test existe, qu’il permet d’obtenir des informations supplémentaires sur certains types de tumeurs afin d’éviter dans certains cas, un sur-traitement par chimiothérapie. Outre les économies réalisées en termes de traitement, je suis convaincue que ce test permet de donner aux femmes un confort de vie au moment où elles en ont le plus besoin.


Karine B.

Karine B. 

A la suite d’une opération du sein où plusieurs tumeurs et un ganglion s’étaient avérés cancéreux, le protocole que l’équipe médicale me proposait était le suivant: ablation du sein, chimiothérapie, radiothérapie puis traitement anti hormonal. Ayant des antécédents de cancers du sein dans ma famille, je savais à quoi m’attendre et je craignais avant tout la chimiothérapie. C’est pourquoi, lorsque mon oncologue m’a parlé du test Oncotype DX, j’ai été très heureuse. Il m’a expliqué que ce test, réalisé aux Etats-Unis, peut donner plus d’informations sur les traitements nécessaires ainsi qu’une probabilité sur l’intérêt d’une chimiothérapie en stade précoce du cancer du sein. Après avoir vérifié que mon cancer répondait aux normes pour faire ce test, il a été réalisé sur les cellules prélevées lors de la première opération.

Les résultats du test Oncotype étaient concluants: la probabilité qu'un traitement antihormonal soit suffisant sans avoir recours à une chimiothérapie était très élevée. Après m’être longuement renseignée sur la fiabilité de ce test, reconnu par de nombreuses organisations de santé, j’ai décidé de ne pas faire de chimiothérapie et j’ai l’impression d’avoir gagné 5 mois de ma vie.

J’ai suivi une radiothérapie que j’ai trouvée éprouvante et je vais suivre un traitement anti hormonal pendant 5 ans, afin d’éviter la récidive. Ce test a été pour moi une bénédiction car j’appréhendais vraiment la chimiothérapie. Toutes les patientes atteintes d’un cancer du sein répondant aux critères de ce test devraient en être informées. C'est une bonne nouvelle pour toutes les femmes souffrant d’un cancer du sein, alors qu’elles sont déjà dans une situation difficile face à la maladie. Utiliser ce test permet même de faire des économies.